Intervention à l’Hôpital Anna-Laberge

  • 18 août 2021
Corps

Le Protecteur du citoyen a été informé de différents problèmes concernant les soins et services offerts à l’Hôpital Anna-Laberge. Selon les allégations, l’urgence connaîtrait de fréquents épisodes de débordement. Aussi, trop d’usagers et usagères sur civière seraient en attente d’une hospitalisation. Par conséquent, des personnes passeraient la totalité de leur séjour à l’urgence. C’est là qu’elles recevraient leur traitement, alors qu’elles devraient plutôt être soignées dans un lit de l’unité appropriée. Le Protecteur du citoyen a décidé d’intervenir.

Constats

L’enquête a révélé que les allégations étaient fondées. Depuis plusieurs années, l’urgence de l’Hôpital Anna-Laberge est aux prises avec de sérieux problèmes d’engorgement. Les causes sont multiples (manque d’effectifs, nombre insuffisant de lits d’hospitalisation, système informatique désuet, etc.). Malgré la bonne volonté du personnel, les circonstances font notamment en sorte que :

Le Protecteur du citoyen a formulé 18 recommandations. La majorité d’entre elles concerne le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Ouest. Il s’agit de l’établissement responsable des soins et services offerts à l’Hôpital Anna-Laberge. Deux recommandations sont directement adressées au ministère de la Santé et des Services sociaux. Le Protecteur du citoyen a également demandé au CISSS et au Ministère d’assurer six suivis. Ces derniers devront être effectués tous les trois mois, et ce, à compter du 29 octobre 2021.

Le CISSS et le Ministère ont assuré le Protecteur du citoyen de leur entière collaboration dans ce dossier. Ils lui ont mentionné qu’ils feraient les suivis nécessaires pour répondre adéquatement aux demandes formulées dans le rapport. Des démarches sont déjà en cours en vue d’améliorer la situation.