Intervention auprès du Centre universitaire de santé McGill

  • 2 juin 2022
Corps

Le Protecteur du citoyen a été informé de problèmes inquiétants qui auraient été observés à l’Hôpital de Montréal pour enfants. Les soins offerts avant, pendant et après une chirurgie n’y seraient pas adéquats.

Le Protecteur du citoyen a décidé d’intervenir de sa propre initiative auprès du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Il s’agit de l’établissement responsable des soins et services offerts à cet hôpital.

Constats

L’enquête a permis de confirmer différents manquements. En effet, avant, pendant et après une chirurgie, le personnel n’effectuait pas toujours tous les suivis requis. Par exemple, à certains moments, il aurait dû prendre les signes vitaux des personnes opérées plus souvent. Il a aussi négligé d’autres types d’évaluation, comme celle de leur état de conscience ou de leur respiration.

De plus, le Protecteur du citoyen a constaté que les jeunes usagers et usagères n’étaient pas toujours bien surveillés. C’était le cas, notamment, quand on leur donnait des opiacés (de la morphine, par exemple).

Enfin, l’enquête a révélé des manquements dans le respect des consignes pour donner à une personne son congé de l’hôpital.

Le Protecteur du citoyen a formulé cinq recommandations et deux demandes de suivi au CUSM, qui les a acceptées. Soulignons que l’hôpital a déjà pris des mesures en vue de corriger certains problèmes.

Rapport d’intervention concernant le Centre universitaire de santé McGill (PDF, 148 Ko)