Pour des services d’éducation de qualité au Nunavik, dans le respect de la culture inuit | Protecteur du Citoyen
24 octobre 2018

Pour des services d’éducation de qualité au Nunavik, dans le respect de la culture inuit

Corps

Rapport sur les services éducatifs du NunavikDans un rapport d'enquête spéciale, rendu public le 24 octobre 2018, le Protecteur du citoyen appelle le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur à assumer davantage ses obligations envers la Commission scolaire Kativik, au Nunavik.

L’enquête du Protecteur du citoyen révèle que plusieurs facteurs compliquent la démarche des jeunes inuit tout au long de leur parcours scolaire, dont :

  • À partir de la 4e année, les matières du cursus scolaire (mathématiques, sciences, univers social, etc.) sont enseignées uniquement en français ou en anglais alors que jusque-là, la langue d’enseignement est principalement l’Inuktitut;
  • Le programme pédagogique n’est pas entièrement adapté à leur culture et à leur réalité;
  • Ils n’ont pas accès aux programmes de sciences et de mathématiques de 5e secondaire;
  • L’accès aux études postsecondaires et à la formation générale des adultes est très limité;
  • Très peu de services sont offerts aux élèves en difficulté ou handicapés.

« Le Ministère adopte une vision restrictive de son rôle. Ce faisant, il ne fournit pas à la Commission scolaire les outils nécessaires à la réalisation de son mandat. » - Marie Rinfret, protectrice du citoyen

Le Protecteur du citoyen formule 14 recommandations au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. L’une d’elles, concernant l’encadrement des élèves en difficulté ou handicapés, s’adresse aussi au ministère de la Santé et des Services sociaux. La Société d’habitation du Québec est également visée par une recommandation qui a pour but de contrer le manque de logements.