La confiance au cœur des préoccupations de la protectrice du citoyen | Protecteur du Citoyen
15 août 2013

La confiance au cœur des préoccupations de la protectrice du citoyen

Maintenir le lien de confiance avec les citoyens constitue un enjeu de taille pour les services publics et les élus, a déclaré la protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, lors du 65e Congrès national annuel de l'Institut d'administration publique du Canada (IAPC).
Parmi les plaintes des citoyens traitées chaque année par le Protecteur du citoyen figurent notamment :

  • le sentiment de ne pas avoir été considéré et traité correctement;
  • l'incompréhension d'une décision ou d'une action de l'Administration et par le fait même, l'impression qu'elle est non fondée;
  • le sentiment que l'Administration est une « partie adverse » face à laquelle le citoyen se sent impuissant;
  • la conviction de payer des impôts et des taxes sans toujours avoir des services de qualité en conséquence.

« J'insiste sur l'importance du facteur humain dans la relation de confiance, a déclaré Mme Saint-Germain. C'est la dérogation des dirigeants et des travailleurs aux valeurs fondamentales du service public qui est le plus souvent à l'origine de l'érosion - sinon de la perte - de confiance. »
Les politiques publiques et la gouvernance ne peuvent plus se concevoir en vase clos, a conclu la protectrice du citoyen en appelant les participants au Congrès et les membres de l'IAPC à plus de transparence dans leur travail, à être des modèles d'éthique, à se mobiliser autour de la fierté du service rendu et à mieux connaitre les besoins et attentes des citoyens.