De sérieux manquements dans les services en santé et services sociaux | Protecteur du Citoyen
26 septembre 2019

De sérieux manquements dans les services en santé et services sociaux

Québec, le 26 septembre 2019 – Dans son rapport annuel 2018-2019 rendu public aujourd’hui, la protectrice du citoyen, Marie Rinfret, présente les principaux manquements constatés dans le réseau de la santé et des services sociaux. Ces manquements ont pour effet de priver des personnes de services auxquels elles ont droit.

« Je suis préoccupée par le fait que, encore une fois cette année, près de la moitié des plaintes et signalements en santé et services sociaux sont fondés. Dans le contexte où le Protecteur du citoyen intervient habituellement en deuxième recours, soit après un premier recours de la personne au commissaire aux plaintes et à la qualité des services de l’établissement, ce nombre demeure trop élevé », a déclaré la protectrice du citoyen.

Des exemples de manquements

  • Après leur entrée dans un établissement d’enseignement, des enfants d’âge scolaire qui ont un trouble du langage sont privés des ressources professionnelles du réseau de la santé et des services sociaux nécessaires à leur développement.
  • Dans certains centres de réadaptation pour jeunes en difficulté, le risque suicidaire n’est pas adéquatement évalué. Cela empêche la mise en place de la surveillance requise et compromet la sécurité des jeunes hébergés.
  • Des enfants nés au Québec de parents au statut migratoire précaire ne sont pas admissibles au régime public d’assurance maladie. Ces enfants sont ainsi injustement privés de soins.
  • Dans certains centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les pénuries de personnel sont à l’origine d’un manque de continuité des soins d’hygiène et d’assistance. La réorganisation des soins et des services devient essentielle pour répondre aux besoins des résidents et des résidentes.
  • Dans certains hôpitaux, le dépistage du risque de chute auprès de toute personne se présentant à l’urgence n’est pas effectué.
  • Des services de soutien à domicile destinés à des personnes en perte d’autonomie sont réduits en raison de modalités administratives ou de raisonnements comptables qui s’éloignent année après année de la cible de la politique Chez soi : le premier choix.
  • De nouveaux arrivants n’ont pu obtenir de services de soutien à domicile pour leur enfant en raison de facteurs d’ordre culturel ou linguistique. Il faut tenir compte de ces particularités et du parcours de ces personnes afin de comprendre leurs besoins et de leur offrir les services auxquels elles ont droit.

Les trois principaux motifs des plaintes et des signalements fondés concernant le réseau de la santé et des services sociaux sont les longs délais d’attente, les lacunes quant à la qualité des services et les atteintes aux droits. En 2018-2019, le Protecteur du citoyen est intervenu auprès de 39 des 51 établissements du réseau, de 14 autres établissements associés au réseau, de 40 résidences privées pour aînés, de 18 organismes communautaires et de 8 services préhospitaliers d’urgence.

Retrouvez tous les faits saillants sur rapportannuel.protecteurducitoyen.qc.ca.

– 30 –

Responsable des relations avec les médias :
Carole-Anne Huot
T : 418 646-7143/C : 418 925-7994
Courriel : carole-anne.huot@protecteurducitoyen.qc.ca