Jeunesse et risque suicidaire : les parents doivent être tenus informés | Protecteur du Citoyen
23 septembre 2019

Jeunesse et risque suicidaire : les parents doivent être tenus informés

Corps

Jeune fille triste assise contre un mur

La plainte

Un homme apprend que sa fille a des idées suicidaires. Son intervenante le savait, mais personne ne l’en a informé. L’homme porte plainte au Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • Une jeune fille rencontre régulièrement une intervenante d’un centre jeunesse.
  • Un jour, son père trouve une lettre qu’elle a écrite et qui témoigne d’idées suicidaires.
  • Il apprend qu’elle a mentionné son état d’esprit à une personne de confiance quelques semaines plus tôt. Cette dernière a transmis l’information à l’intervenante de la jeune fille, mais personne n’a communiqué avec le père.
  • Le Protecteur du citoyen a découvert que l’intervenante était affectée à ce dossier depuis peu. Elle a bel et bien été mise au courant des idées noires de la jeune fille. Toutefois, elle pensait que le père en avait été informé par la personne responsable du dossier avant elle. Selon le Protecteur du citoyen, l’intervenante aurait dû communiquer avec le père pour s’en assurer.
  • Au fil de son enquête, le Protecteur du citoyen a décelé d’autres éléments préoccupants dans le traitement de ce dossier. L’intervenante a notamment attendu plusieurs semaines avant de discuter du sujet sensible avec la jeune fille. De l’avis du Protecteur du citoyen, la question aurait dû être abordée bien plus tôt.
  • De plus, considérant le risque suicidaire, d’autres personnes-ressources auraient dû être avisées. Cela n’a pas été fait.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a formulé des recommandations à l’établissement de santé responsable des services offerts par le centre jeunesse. D’abord, les parents doivent être tenus informés si leur fille ou leur garçon présente un risque suicidaire. Il est aussi important de les impliquer dans l’intervention auprès de leur enfant. L’établissement a accepté de faire un rappel à cet effet au personnel concerné. L’établissement a également analysé la manière dont ce dossier a été traité. Il a discuté de ses constats avec l’intervenante visée par la plainte.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas)? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.