CLSC : nécessaire collaboration entre intervenants sociaux et citoyens | Protecteur du Citoyen
3 juillet 2017

CLSC : nécessaire collaboration entre intervenants sociaux et citoyens

Corps

La plainte

Homme seul

Un citoyen est insatisfait du soutien reçu d’un intervenant social du CLSC lors de ses démarches pour se trouver un logement. Il affirme également n’avoir jamais vu son plan d’intervention. Il porte plainte au Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • L’intervenant en santé mentale du CLSC a transféré le citoyen au programme de soutien à domicile pour qu’il puisse avoir de l’aide pour se trouver un logement dans une habitation à loyer modique (HLM).
  • Un deuxième intervenant a ainsi été attitré au citoyen.
  • Le citoyen affirme que ce deuxième intervenant ne l’a pas suffisamment soutenu, qu’il n’était pas présent pour lui et qu’il n’a pas donné suite à ses messages téléphoniques.
  • L’enquête du Protecteur du citoyen n’a pas permis de conclure au manque de collaboration et de soutien de l’intervenant.
  • L’enquête a toutefois révélé que le citoyen manquait d’information concernant le rôle de l’intervenant et ses responsabilités, ce qui lui a créé des insatisfactions en raison de ses attentes élevées.
  • Le Protecteur du citoyen a également constaté que le citoyen n’avait pas signé le plan d’intervention qui se trouvait à son dossier.
  • La Loi sur les services de santé et les services sociaux mentionne que la personne a le droit de participer à l’élaboration de ce plan.

Le résultat

À la suite de son intervention, le Protecteur du citoyen a recommandé au Centre intégré en santé et services sociaux (CISSS) duquel relève le CLSC que le personnel soit informé de son devoir de solliciter la participation des personnes à l’élaboration de leur plan d’intervention. Un rappel a ainsi été fait afin de s’assurer que lesdits plans soient réalisés de façon collaborative. De plus, un intervenant pivot a été attitré au citoyen afin de l’aider dans ses démarches au sein du système de santé.