Maisons de chambres : les personnes démunies doivent être mieux protégées | Protecteur du Citoyen
3 décembre 2018

Maisons de chambres : les personnes démunies doivent être mieux protégées

Corps

Lit simple et commode dans une petite chambre

Les faits

Un homme est trouvé sans vie dans une maison de chambres, plusieurs jours après son décès. Constatant que plusieurs personnes vulnérables y vivent, le Protecteur du citoyen décide d’enquêter. Il se penche sur le rôle des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux et sur la qualité des services offerts par le Curateur public.

L’enquête

  • Des ambulanciers trouvent un homme sans vie dans une maison de chambres privée, plusieurs jours après son décès.
  • Le Protecteur du citoyen n’a pas compétence sur les maisons de chambres, puisqu’elles ne relèvent pas du réseau de la santé et des services sociaux.
  • Il décide toutefois d’enquêter sur la qualité des soins et des services offerts à des personnes habitant cet endroit. Plus précisément, ceux donnés par des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux.
  • Il enquête aussi au sujet du Curateur public du Québec. Celui-ci est responsable de la protection de plusieurs résidents et résidentes de la maison.
  • Le Protecteur du citoyen estime que les intervenants sont bien placés pour constater les atteintes à la sécurité et aux droits des résidents et résidentes.
  • Ils devraient signaler au Curateur public toute situation qui porte atteinte aux personnes sous régime de protection. Celui-ci pourrait alors exercer pleinement ses responsabilités envers elles.

Le résultat

Au terme de son enquête, le Protecteur du citoyen a recommandé différentes mesures. Elles s'adressent au ministère de la Santé et des Services sociaux, aux établissements concernés (CISSS, CIUSSS) ainsi qu’au Curateur public. Il leur demande de se concerter et d’être plus vigilants concernant de tels milieux de vie et le respect des droits des locataires dans des maisons de chambres.

Les recommandations du Protecteur du citoyen ont été acceptées par toutes les instances visées.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec ? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas) ? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.