Dépendances : les besoins des usagers doivent être évalués rapidement | Protecteur du Citoyen
18 mars 2019

Dépendances : les besoins des usagers doivent être évalués rapidement

Corps

Homme tenant un sablier

La plainte

Un citoyen en détresse communique avec un centre de réadaptation en dépendance (CRD). La rencontre pour évaluer ses besoins est fixée plusieurs semaines plus tard. Insatisfait, il porte plainte au Protecteur du citoyen. 

L’enquête

  • Un citoyen souffre d’une dépendance au jeu compulsif.
  • Après avoir perdu beaucoup d’argent, il demande de l’aide auprès du CRD de sa région. On lui propose un rendez-vous un mois plus tard.
  • Considérant ce délai trop long, le citoyen communique avec un autre organisme offrant le même type de service. Il obtient un rendez-vous plus rapidement, mais il doit en payer les frais et se rendre dans une autre région. 
  • Jugeant ses options limitées et son besoin urgent, il accepte de le faire.
  • L’enquête du Protecteur du citoyen a révélé qu’un intervenant du CRD a communiqué une deuxième fois avec le citoyen. En effet, quelques jours après avoir fixé son rendez-vous, il lui a proposé de le devancer. L’homme a refusé puisque sa thérapie prévue à l’autre endroit allait débuter sous peu.
  • Le Protecteur du citoyen juge que le CRD aurait dû évaluer les besoins du citoyen plus rapidement. Le ministère de la Santé et des Services sociaux prévoit un délai de 15 jours ouvrables pour le faire. S’il avait obtenu un rendez-vous plus tôt, le citoyen n’aurait pas eu à chercher de l’aide dans un autre centre.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a formulé une recommandation au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS). Celui-ci est responsable du centre de réadaptation. Pour que les besoins soient évalués plus vite, le CIUSSS a rappelé au personnel du CRD le délai à respecter.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec ? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas) ? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.