Procédures dans un CHSLD : une personne handicapée ne devrait pas en subir les conséquences | Protecteur du Citoyen
18 février 2019

Procédures dans un CHSLD : une personne handicapée ne devrait pas en subir les conséquences

Corps

Main sur la roue d'un fauteuil roulant

La plainte

Une personne handicapée réside dans un centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Elle demande du matériel adapté à sa condition. Trois ans plus tard, n’ayant toujours rien reçu, elle sollicite l’aide du Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • Une personne vivant avec un lourd handicap réside en CHSLD. Pour avoir plus d’autonomie, elle demande du matériel adapté à sa condition.
  • Elle patiente quelques mois avant que l’ergothérapeute du centre d’hébergement prenne en charge son dossier. L’évaluation de ses besoins s’étend alors sur plusieurs semaines.
  • L’étape suivante consiste à cibler le matériel qui lui convient le mieux. Cependant, personne dans ce CHSLD ne détient l’expertise nécessaire pour le faire. L’ergothérapeute transfère donc le dossier à un centre de réadaptation externe.
  • Ce dernier exige qu’il lui soit transmis par le centre de réadaptation du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS).
  • Un an plus tard, le centre de réadaptation du CISSS effectue le suivi approprié.
  • La demande est ensuite acceptée par le centre externe. Celui-ci s’apprête à identifier, par différents tests, le matériel adéquat pour la personne handicapée.
  • Toutefois, l’ergothérapeute qui avait évalué les besoins de cette dernière deux ans plus tôt n’est plus à l’emploi du CHSLD. Il n’y a pas d’autre intervenant sur place pour faire le suivi avec le centre externe. Cette situation engendre un nouveau temps d’attente.
  • Le Protecteur du citoyen constate que des formalités ont entraîné de très longs délais dans ce dossier. Le manque de personnel a aussi contribué au retard de traitement de la demande.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a recommandé au CISSS responsable du CHSLD :

  • de trouver rapidement une personne pour faire le suivi avec le centre de réadaptation externe; 
  • d’améliorer l’accès aux services d’ergothérapie.

Le CISSS a accepté de mettre en œuvre ces recommandations. La personne handicapée recevra bientôt le matériel demandé.

Information supplémentaire :

La formalité administrative exigeant que les demandes soient transmises par le centre de réadaptation du CISSS est désormais abolie.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas)? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.