Allaitement et cannabis : le personnel infirmier doit être mieux outillé | Protecteur du Citoyen
3 février 2020

Allaitement et cannabis : le personnel infirmier doit être mieux outillé

Corps

Femme allaitant son bébé

La plainte

Une mère consomme du cannabis sur une base régulière. Elle ne veut pas arrêter. Une infirmière lui conseille alors de ne plus allaiter son enfant. Son médecin ne lui a pourtant pas conseillé la même chose. La mère porte plainte au Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • Quelques jours après la naissance de son enfant, une femme reçoit la visite d’une infirmière. La mère mentionne qu’elle consomme du cannabis de façon régulière et que son médecin est au courant.
  • Sachant que le poupon est nourri au sein, l’infirmière demande à la mère d’arrêter d’allaiter. Selon elle, nourrir l’enfant au sein tout en prenant du cannabis serait risqué pour la santé du poupon.
  • La mère n’est pas d’accord. Elle ne comprend pas qu’une infirmière qui ne la connaît pas dise le contraire de son médecin. Son médecin a l’habitude de suivre des femmes qui allaitent tout en consommant du cannabis. Il la suit depuis plusieurs années. Après analyse de sa situation, il a conclu qu’allaiter était plus bénéfique que de ne pas allaiter. Il base sa décision sur les effets protecteurs de l'allaitement sur le nourrisson.
  • L’enquête du Protecteur du citoyen a révélé que l'infirmière a fait des recherches à la suite de sa rencontre avec la dame. Les ressources qui lui étaient alors offertes portaient sur les risques à l’exposition à des médicaments durant l’allaitement. De plus, l'état des connaissances scientifiques lors des événements ne permettait pas de se prononcer clairement sur le sujet. La position de l'infirmière était pourtant catégorique et sans nuances.
  • Le Protecteur du citoyen a aussi appris que le personnel concerné manquait de connaissances à ce sujet. Il disait être mal à l’aise dans ce type de situation et ne pas savoir comment aborder la question avec les mères. Puisque le cannabis est légal, une telle situation est susceptible de se reproduire.
  • Selon le Protecteur du citoyen, le personnel infirmier a le devoir de bien accompagner toute mère qui choisit d'allaiter. Si certaines consomment du cannabis, il doit avoir accès aux données scientifiques les plus récentes pour leur offrir un soutien adapté.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a recommandé à l’établissement de former et d’outiller le personnel infirmier concerné. L’établissement a accepté. Le personnel a été formé et il a désormais accès à un guide portant sur le cannabis et l’allaitement.

Important : l’intervention du Protecteur du citoyen visait à s'assurer qu’à l’avenir, une telle situation ne se reproduise plus.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas)? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.