Aide à domicile : évaluer la condition physique, mais aussi psychologique | Protecteur du Citoyen
15 avril 2019

Aide à domicile : évaluer la condition physique, mais aussi psychologique

Corps

Femme tentant de se lever avec sa marchette

La plainte

Un proche aidant souhaite que la dame qu’il accompagne reçoive un soin à domicile. Voyant sa demande refusée, il porte plainte au Protecteur du citoyen. 

L’enquête

  • Une dame atteinte de troubles cognitifs habite dans une résidence privée pour aînés.
  • Son unique proche aidant habite et travaille dans une autre ville.
  • Tous les trois mois, la dame doit se rendre à une clinique pour recevoir un soin. Les rendez-vous sont fixés en semaine.
  • Depuis plusieurs années, elle s’y rend seule. Toutefois, avec l’évolution de sa maladie, ces déplacements la rendent de plus en plus anxieuse.
  • Son proche aidant demande alors à la clinique de fixer les rendez-vous les fins de semaine. Ainsi, ce sera plus facile pour lui d’y accompagner la dame.
  • Sa demande est refusée en raison des règlements de la clinique.
  • Il demande alors s’il est possible d’offrir le soin à la résidence. 
  • L’équipe du soutien à domicile refuse. Elle considère que la dame a les capacités physiques pour se rendre à la clinique. Au besoin, une personne bénévole peut l’accompagner.
  • Le proche aidant n’est pas d’accord avec cette décision, considérant que la maladie de la dame s’est aggravée. Quand elle quitte la résidence sans lui, elle est confuse et désorientée. De plus, en présence de nouvelles personnes, elle devient anxieuse.
  • Le Protecteur du citoyen juge que l’état psychologique de la dame lors de ses déplacements aurait dû être considéré. L’équipe du soutien à domicile a plutôt pris sa décision en fonction de ses capacités physiques seulement.

Le résultat

À la suite de l’enquête du Protecteur du citoyen, l’équipe du soutien à domicile a accepté de revoir sa décision. La dame reçoit désormais le soin à la résidence, ce qui lui cause bien moins de stress.


Le Protecteur du citoyen veille au respect de vos droits dans vos relations avec les services publics québécois. Vous n’êtes pas satisfait des services d'un ministère ou d'un organisme du gouvernement du Québec ? Ou encore d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (2e recours dans ce cas) ? Portez plainte au Protecteur du citoyen : appelez-nous au 1 800 463-5070 ou utilisez notre formulaire de plainte en ligne.