27 juin 2016

CHSLD : signaler la présence de plaies de pression dès leur apparition

Corps

La plainte

Personne âgée alitée.Une dame estime que son mari n’a pas reçu les soins requis au centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) où il vivait. Elle porte plainte au Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • Durant son séjour au CHSLD, l’homme a développé des plaies de pression (des plaies qui se développent à certains endroits sur le corps – coudes, talons, hanches, etc. – lorsqu’une personne demeure assise ou couchée trop longtemps dans la même position).
  • Certains facteurs, dont l’âge et l’état de santé, peuvent favoriser l’apparition de telles plaies.
  • L’enquête a démontré que le personnel infirmier du CHSLD a appliqué divers pansements et crèmes pour faciliter la guérison des plaies.
  • Plusieurs professionnels, dont un ergothérapeute, un thérapeute en réadaptation physique et un nutritionniste, sont aussi intervenus afin d’offrir au citoyen un environnement favorable à la guérison.
  • Leurs interventions ont permis au résident de bénéficier, entre autres, d’un matelas de lit spécialisé, de bottes anti-pression, d’une diète alimentaire bonifiée et d’un horaire de repositionnement régulier.
  • En somme, le Protecteur du citoyen est d’avis que le CHSLD n’a pas négligé les soins offerts au résident.
  • Toutefois, l’enquête a révélé que le médecin traitant du citoyen n’a été informé de la présence de ses plaies de pression que lorsque celles-ci avaient atteint un stade avancé.
  • Celui-ci aurait dû en être informé dès leur apparition.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a formulé une recommandation afin de s’assurer que le personnel du CHSLD informe systématiquement et sans délai toute apparition ou évolution d’une plaie de pression chez un résident à son médecin traitant.

L’établissement a répondu favorablement à cette recommandation.