Déléguée ou délégué aux enquêtes - Banque de candidatures | Protecteur du Citoyen

Déléguée ou délégué aux enquêtes - Banque de candidatures

Corps

PC-19-364

Le Protecteur du citoyen est à la recherche de candidates et de candidats en vue de pourvoir des postes de déléguées ou délégués aux enquêtes qui pourraient se libérer, au bureau de Québec ou à celui de Montréal, dans ses directions d’enquêtes en administration publique et en santé et services sociaux.

Lieux de travail :

Québec : 800, place D'Youville, 19e étage, Québec (Québec)  G1R 3P4

Montréal : 1080, côte du Beaver Hall, 10e étage, bureau 1000, Montréal (Québec)  H2Z 1S8

La déléguée ou le délégué aux enquêtes au Protecteur du citoyen (105-00)

Échelle salariale

47 333 $ – 89 738 $ (en révision)

Le Protecteur du citoyen protégera le traitement salarial de la personne retenue si celle-ci est actuellement à l’emploi de la fonction publique québécoise. 

L’institution étant actuellement en exercice de relativité salariale, des ajustements aux échelles de traitement sont à prévoir et auront une portée rétroactive à l'entrée en fonction de la personne retenue. 

Les défis

Sous l’autorité du supérieur immédiat, la déléguée ou le délégué aux enquêtes, selon le secteur d’activité, doit traiter les plaintes et signalements des citoyens qui se croient lésés par un acte ou une omission d’un ministère ou d’un organisme public ou examiner, généralement en deuxième et dernier recours, les plaintes des usagers qui reçoivent des services des instances du réseau de la santé et des services sociaux. 

La personne titulaire de l’emploi participe aux études systémiques en identifiant, de concert avec le supérieur immédiat et ses collègues, toute situation susceptible de porter préjudice aux citoyens et aux usagers et les causes de dysfonctionnement dans l’administration publique ou au sein du réseau de la santé et des services sociaux.

Enfin, elle peut être appelée à faire l’analyse de projets de loi et de règlement dans une optique de prévention ou d’amélioration des services publiques.

Le profil recherché

Afin de contribuer  aux objectifs de l’institution, la personne recherchée possède une très bonne capacité d’analyse et de synthèse. Elle sait composer avec des situations conflictuelles, analyser une situation problématique, en prévoir les conséquences et recommander des mesures correctives. Enfin, elle doit posséder une bonne maîtrise de la langue française et une grande habileté à communiquer par écrit et verbalement. La connaissance de la langue anglaise est un atout.

Les exigences de l'emploi

Détenir un diplôme universitaire de premier cycle dont l’obtention requiert un minimum de seize années d’études en administration, en droit ou dans une discipline pertinente aux attributions de l’emploi, telle que : services sociaux, psychoéducation, criminologie, sciences politiques, administration publique, économie, conseil d’orientation, sciences infirmières – profil gestion, etc.

Pour être considérée, toute scolarité effectuée hors du Canada doit faire l’objet d’une évaluation comparative délivrée par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

ET

Posséder un minimum de 3 années d’expérience pertinente de niveau professionnel, notamment en enquêtes, traitement de plaintes, vérification ou contrôle, médiation ou conciliation, analyse et application de normes législatives, réglementaires ou administratives, en administration publique ou dans le réseau de la santé et des services sociaux. L’expérience auprès de clientèles externes variées représente un atout important.

Pour soumettre votre candidature

  1. Les candidatures devront être reçues le plus tard le 31 janvier 2020.
  2. Transmettez votre curriculum vitæ, ainsi qu’une copie de vos diplômes pertinents (ou de l’évaluation comparative des études effectuées hors du Québec délivrée par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, s’il y a lieu) à l’attention de Mme Fabiana Vieira, par courriel à offredeservice@protecteurducitoyen.qc.ca en précisant le numéro d’appel de candidatures PC-19-364.
  3. Aux fins d’évaluation de votre expérience, vous devez inscrire et détailler toutes vos expériences de travail en précisant les mois de début et de fin de chacun des emplois occupés et en indiquant s’il s’agit d’emplois à temps plein (au moins 35 hres/sem.) ou à temps partiel.
  4. S’il s’agit d’expériences de travail au sein de la fonction publique, veuillez indiquer la classe d’emploi concernée.

Si votre candidature est retenue, vous serez convié(e) à un processus de qualification. Les personnes qui auront réussi ce processus seront inscrites sur une liste de déclaration d’aptitudes propre à l’institution.

Prenez note que si vous êtes déjà inscrit(e) sur l’une de nos listes de déclaration d’aptitudes, vous n’avez pas à soumettre à nouveau votre candidature. Si vous souhaitez mettre à jour votre dossier, veuillez indiquer le numéro de la liste sur laquelle vous êtes inscrit(e). 

L'institution

Notre mission

Institution de l'Assemblée nationale, le Protecteur du citoyen veille au respect des droits des citoyens en intervenant auprès des ministères et organismes du gouvernement du Québec, ainsi qu’auprès des diverses instances composant le réseau de la santé et des services sociaux, en vue de remédier à une situation préjudiciable à un citoyen ou à un groupe de citoyens. Au besoin, il recommande au ministère, à l’organisme public ou à l’instance concernée du réseau de la santé et des services sociaux les mesures nécessaires à la correction des erreurs, négligences, abus ou manquements qu’il a constatés.

De plus, en vertu de la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics, le Protecteur du citoyen est l’instance chargée de traiter les divulgations d’actes répréhensibles au sein ou à l’égard d’organismes publics qui lui sont adressées par des employés, des citoyens ou des entreprises. Le Protecteur du citoyen traite également des plaintes de représailles découlant de ces divulgations. Le présent appel de candidatures ne vise pas ce secteur.

Les directions d’enquêtes au Protecteur du citoyen

La Direction des enquêtes en administration publique (bureau de Québec) traite les plaintes des secteurs tels que les rentes et indemnités, la justice, les affaires administratives, sociales, environnementales, éducatives et culturelles.

Principaux ministères et organismes concernés : Commissaire à la déontologie policière, Société de l’assurance automobile du Québec (secteur indemnisation), Retraite Québec, ministère de la Famille, ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Tribunal administratif du travail, ministère des Transports, ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, Indemnisation des victimes d’actes criminels, ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, etc.

La Direction des enquêtes en administration publique (bureau de Montréal) traite les plaintes des secteurs de l’économie et de la protection des personnes, de la solidarité sociale et des services correctionnels. 

Principaux ministères et organismes concernés : ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration, ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Revenu Québec, Curateur public, Société de l’assurance automobile du Québec, Direction générale des services correctionnels (ministère de la Sécurité publique), Commission québécoise des libérations conditionnelles, etc.

La Direction des enquêtes en santé et services sociaux (bureau de Québec et/ou de Montréal, selon l’équipe) traite les plaintes, généralement en deuxième et dernier recours, des usagères et usagers qui reçoivent des services des instances du réseau de la santé et des services sociaux. Les domaines d’enquêtes concernés sont la santé physique et mentale, les dépendances, les déficiences, les jeunes en difficulté, le soutien aux services, le soutien à domicile et la perte d’autonomie liée au vieillissement.


Les employé(e)s du Protecteur du citoyen sont nommé(e)s en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen. Toutefois, un(e) employé(e) actuellement permanent(e) de la fonction publique et qui est nommé(e) au Protecteur du citoyen conserve un droit de retour dans un emploi de la fonction publique selon les modalités précisées aux articles 36 à 37.4 de la Loi sur le Protecteur du citoyen