Directives médicales anticipées : pour faire respecter ses choix en matière de soins de fin de vie | Protecteur du Citoyen
29 juin 2016

Directives médicales anticipées : pour faire respecter ses choix en matière de soins de fin de vie

Corps

Directives médicales anticipéesExprimer ses volontés au cas où…

Toute personne majeure et en mesure de se prononcer sur les soins qu’elle accepte ou refuse de recevoir peut faire connaître à l’avance, par écrit, les dispositions médicales qu’elle voudrait voir respectées si, un jour, elle devient  inapte à consentir à des soins. On parle alors de « directives médicales anticipées ». Celles-ci doivent porter sur des interventions précises et s’appliquent dans des situations cliniques définies

Les soins visés sont la réanimation cardio-respiratoire, la ventilation assistée par respirateur, la dialyse ainsi que l’alimentation et l’hydratation forcées ou artificielles.

Le refus de ces interventions est pris en compte si la personne qui a exprimé ses directives présente : 

  • une condition médicale grave, incurable et qu’elle est en fin de vie;
  • ou un état comateux jugé irréversible ou végétatif permanent;
  • ou une atteinte sévère et irréversible des fonctions cognitives, sans amélioration possible.

Notez qu’on ne peut demander l’aide médicale à mourir au moyen des directives anticipées. 

Rendre ses volontés accessibles grâce au nouveau registre

La possibilité d’exprimer ainsi ses choix personnels date du 15 décembre 2015. Une nouvelle étape a été franchie le 15 juin 2016 avec l’entrée en vigueur du registre des directives médicales. Les personnes intéressées peuvent y inscrire leurs directives médicales anticipées, au moyen d’un formulaire obtenu auprès de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) ou avec l’aide d’un notaire.

Le formulaire requis peut être :

  • commandé par téléphone en s’adressant à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ);
  • téléchargé en ligne sur le site Web de la RAMQ.

Quelle que soit la façon de l’obtenir, le document doit être signé et toutes ses pages doivent être imprimées, remplies et postées à la RAMQ. Les directives sont ensuite versées au Registre des directives médicales anticipées.

Ces directives peuvent être révoquées ou modifiées en tout temps. L’accès au registre par les professionnels de la santé permet ainsi la mise en œuvre des mesures nécessaires pour donner suite aux volontés de la personne. L’information utile est accessible sur le site Web de la RAMQ.

Retenez également que si vous êtes insatisfait des services de la RAMQ, vous pouvez faire appel au Protecteur du citoyen. Nous traitons les plaintes gratuitement, en toute indépendance et sans formalités compliquées.